Pour une meilleure navigation sur le site, activez javascript.
page suivante »
212           ARM01KIES I>E VIENNE EN DAUPHINÉ.

sa porte principale. Cette représentation est empreinte du
goût faux et maniéré qui caractérise le style de cette époque
de décadence artistique et sociale. L'orme traditionnel est
transformé en olivier, l'hostie en flamme s'éehappant du
calice et une lourde guirlande composée de fleurs et de
fruits y tient la place des supports héraldiques. Ce blason
insolite est surmonté d'une corniche denticulée au-dessus
de laquelle s'aperçoit un socle qui portait un buste de
Louis XVI, eu marbre blanc, relégué depuis la Révolution
dans les greniers de l'Hôtel-de-Ville.
   M. Girard, ancien libraire à Vienne, a recueilli une petite
plaque en cuivre sur laquelle se relèvent en bosse les ar-
moiries de Vienne, et qui paraît avoir servi d'ornement a
quelque pièce d'un harnais de carrosse. Elle porte cette ins-
cription circulaire en lettres capitales : Sellier de la ville, et
devait être l'insigne distinctif qu'attachait a ses équipages
le sellier ou carrossier , investi du privilège de fournir au
consulat les voitures qu'exigeaient certaines cérémonies ou
réceptions d'apparat.
   Nous devons à M. Fabre, adjoint au Maire de Vienne, la
communication d'une pièce appartenant a la ville et qu'elle
doit soigneusement conserver comme un rare et précieux
vestige de ses vieilles coutumes. C'est une espèce de tabart
ou de plastron, de 48 centimètres de hauteur sur 36 de lar-
geur, taillé en forme d'écusson, échangré par le haut et se
terminant en pointe par le bas. Aux deux extrémités de
l'echancrure sont deux attaches destinées a le retenir autour
du cou et l'on aperçoit encore a l'extrémité inférieure les
restes d'une troisième attache qui servait a le maintenir et
à le fixer sur la poitrine. Un galon d'or, frangé d'argent,
garnit les contours de ce plastron d'une étoffe fort riche ,
damassée en soie rouge, tirant sur le violet et revenant à la
couleur qu'on nomme lie de vin. Sur ce fond, qui n'est déjà