Pour une meilleure navigation sur le site, activez javascript.
page suivante »
148                      UN TRirTlQUE.

 solée royal qu'il voulait élever a sa iamille, dans la grande
 basilique de Cluny, sur les instances du chapitre général de
 l'an 1685.
    D'autre part, créé cardinal à 25 ans, le 5 août 1669, il
 avait pris part k l'élection des souverains pontifes Clément X,
 Innocent XI, Alexandre VIII, Innocent XII et Clément XI.
 C'est mĂŞme k son influence que ce dernier pape lut redeva-
 ble de son Ă©lection, dans le conclave du 24 novembre 1700,
présidé par le cardinal de Bouillon, en sa qualité de doyen du
 sacré collège. C'est aussi en cette qualité que le pape, at-
 teint d'une légère indisposition, le chargea d'ouvrir solen-
nellement, ksa place, le jubilé séculaire : honneur que nul
cardinal avant lui n'avait eu du vivant d'un pape.
    Le Gallia Christiana (T. IV, c. 1163.) constate le fait en
ces termes : « Sacram portam sancti Pétri Romse pro anni
 « sancti jubileo solemni ritu , anno 1700, reseravit... »
Et dans le chapitre général de 1701, les religieux acclament
avec un saint enthousiasme la gloire et le retour de leur
illustre abbé : « Reducem habemus Serenissimum Princi-
 a pem, abbatem eminentissimum... qui primus inler S. E.R.
 « cardinales portam sanctam basiliae sancti Pétri, anno
 « jubilei, reseravit, et omnibus fidelibus locum indulgen-
 « tiaeaperuit... »
    Bientôt après, l'éminentissime abbé de Cluny, tombé dans
la disgrâce de Louis X!V, fut exilé a Paray, où il passa plu-
sieurs années au château prioral de cette ville, dont le
doyenné appartenait a la mense de l'abbé de Cluny.
    Durant son exil de Paray, le cardinal de Bouillon aimait k
seremémorier les souvenirs de la capitale du monde chré-
tien , et k confier aux beaux-arts le soin de faire revivre les
grandes scènes auxquelles il avait eu part.
    C'est ainsi qu'il fit peindre k fresque, dans une des salles
principales de son château prioral, le conclave de 1700 qui