Pour une meilleure navigation sur le site, activez javascript.
page suivante »
I38                NOTICE BIOGRAPHIQUE

communiquer, M. Lévêque montre notre jeune normalien
lyonnais, « recherché, aimé d'un grand nombre de per-
sonnes, même de celles qui ne partageaient pas toutes ses
idées. » Les beaux arts faisaient le sujet le plus fréquent de
ses entretiens avec le futur auteur de la Science du Beau. Ils
échangeaient et discutaient leurs impressions sur les chefs-
d'Å“uvre de la peinture et de la sculpture. Ils s'occupaient
aussi ensemble beaucoup de musique. Initié par son ami à
la méthode Galin-Paris, Henri Hignard l'avait étudiée avec
ardeur et enseignée à un petit groupe de ses camarades, et
bientôt ils chantaient en chœur des morceaux classiques.
    En 1839, un de ses condisciples du Lycée de Lyon était
 venu le rejoindre à l'École normale, M. Antonin Bonnel,
 qui devait le suivre dans une grande partie de sa carrière
 et compter parmi ses plus fidèles amis. Il ne lui a survécu
que quelques mois, laissant à ceux qui l'ont connu le sou-
venir d'un homme aimable et bon, d'un professeur modeste,
 savant et dévoué.
    C'est en 1840 que Frédéric Ozanam, docteur depuis
 l'année précédente, concourait pour la nouvelle agrégation
 des facultés, concours célèbre qui a commencé sa réputa-
 tion et où il" fut reçu le premier. Henri Hignard suivait sa
 préparation avec un affectueux et actif intérêt. Son ami lui
 en conserva le souvenir le plus reconnaissant. Il lui écrivait
 le 24 décembre 1849 : « Je me rappellerai toujours com-
 ment, il y a dix ans bientôt, au milieu du concours pour
 l'agrégation des facultés, quand je pliais sous le travail,
  quelques lignes de vous, toutes brûlantes d'amitié chré-
 tienne, vinrent ranimer mon courage et renouveler mes
 forces. Vous voyez que j'ai l'habitude de vous trouver dans
 les grandes occasions. »
    Ils avaient, à quelques années de distance, recueilli à