Pour une meilleure navigation sur le site, activez javascript.
page suivante »
                 CAUSERIK D'UN   BIBLIOPHILIE             343

tion diplomatique, qui n'eut malheureusement qu'un résul-
tat négatif.
   « Entre le mont Viso et le mont Cenis, nous dit
M. Dufayard, entre les sources de la Doria et celles du Pô,
vivait au xvn u siècle, un petit peuple dont les origines
mystérieuses, la religion particulière et les fastes héroïques
ont attiré depuis longtemps l'attention des historiens. Les
travaux remarquables des Dieckhoil, des Herzog, des
Cunitz, des Preger et des Comba ont popularisé l'histoire
de cette secte indomptable qui a tant de fois arrosé de son
sang les vallées de Luzerne, d'Angrogne, de Saint-Martin
et de Pérouse. »
   Ce petit peuple, par ses mœurs et sa religion, avait une
vie à part. Il fut souvent l'objet des persécutions des ducs
de Savoie qui ne voyaient pas d'un bon œil ce petit état
dans leur état.
   Sous Emmanuel-Philibert, en 1560, sous Charles-Emma-
nuel II, en 1665, de véritables expéditions militaires furent
dirigées contre ces Vaudois. Lors de cette dernière invasion,
les cantons helvétiques intervinrent et la persécution tut
arrêtée. Peu de temps après, arriva la révocation de l'édit
de Nantes. Louis XIV imposa à son voisin le duc de Savoie
l'obligation de faire disparaître tous les dissidents de ses
états. Victor-Amédée répugnait à cette mesure odieuse; il
essaya de tergiverser et de traîner les choses en longueur.
Mais il ne put résister aux ordres impérieux du roi de
France et aux objurgations du Nonce et se vit forcé de
publier un édit par lequel les Vaudois étaient mis en
demeure ou de se faire catholiques ou d'abandonner le
pays avant quinze jours.
   Dans cette extrémité, les montagnards eurent recours
aux cantons suisses. Ceux-ci envoyèrent une ambassade à