Antique Olive

titre Antique Olive Exemple, Antique Olive, n° 10
éditeur Olive
date d'édition 1962-1969
description Lancé par la fonderie Olive pour concurrencer les linéales à grand succès comme le Folio, l’Helvetica ou l’Univers, l’Antique Olive n'a pas connu le succès international sans pareil de ses concurrents « germaniques ». Néanmoins, elle a eu et garde encore une excellente notoriété, tant par ses qualités esthétiques évidentes que pour son côté « latin », ses formes vivantes, alertes, qui font un peu défaut à beaucoup de froides et neutres linéales. Le projet original, baptisé Catsilou, se basait sur les recherches sur la lisibilité du docteur Émile Javal, qui mettait en avant certaines particularités morphologiques de la lecture, comme le fait que seule la partie supérieure des caractères est nécessaire à la lisibilité. Les lettres de l’Antique Olive sont donc plus grasses dans leurs parties supérieures, sans que toutefois cela n’entre en conflit avec les habitudes du lecteur. L’Antique Olive possède également la particularité d’avoir une hauteur d’x très forte (ses minuscules sont quasiment aussi grandes que ses majuscules) ce qui lui donne une très bonne lisibilité en petits corps. Disponible en plusieurs graisses, elle dispose en plus d’une version ultra grasse, l’Antique Olive Nord, à l’efficacité redoutable. C’est l’un des caractères les plus courants dans la production française de la seconde moitié du XXe siècle. Il reste aujourd’hui encore largement utilisé.
source Une antique nouvelle de la fonderie Olive, fonderie Olive, Marseille, s.d. SDD 245/06.
localisation Musée de l'imprimerie de Lyon
droits Reproduction payante selon nature de la demande