EN" "FÛTTE

On savait déjà par l'Aurore, la Petite République et le Siècle que la Vérité était en marche ; les agences nous ont appris hier que Zola marchât aussi : A l'heure actuelle, il a mis la frontière entre les gendarmes et sa terreur et recueille à Baie ou Bruxelles les premières acclamations de nos ennemis, en attendant qu'il échoue dans les bras fraternels de ses admirateurs de Berlin.

La crainte de Mazas est le commencement de la sagesse : Le singulier pasteur qui trois fois par semaine offrait sa vie pour le bouc de l'Ile du Diable, lâche, dans une cabriole, son troupeau de syndicataires affolés, trouvant sans doute qu'il est moins commode de vivre en prison que de mourir en prose.

Bonsoir et bon voyage ! et surtout ne revenez pas ! votre retour serait le signal, non pas de l'une de ces révolutions où les fusils partent d'eux-mêmes, mais de l'un de ces soulèvements d'estomacs où les crachats partent tout seuls !

Vous nous dites bien, il est vrai, que vous reviendrez à l'automne, quand vos preuves seront mûres et votre courage rétabli. Mais si vous aviez pu la faire, cette grande preuve qui doit illuminer les consciences et transformer les rôles, mettre Dreyfus au .pinacle et l'étatmajor par terre, vous ne vous seriez Pas, récidiviste de la fuite, successivement évadé dans, toutes les arguties de la procédure et dans tous les faux-fuyants du maître Sauve.qui-peut, qui vous sert d'avocat.

Si vous pouviez jeter dans les mains ouvertes de la justice d'autre argument que votre orgueil, a autre démonstration que votre littérature, vous ne vous cacheriez pas dans l'ombre prudente des montagnes et des lacs, pendant que le misérable dont le crime vous sert de tremplin, sèche comme un tronc coupé, sous le soleil de la Guyane !

Vous ne reviendrez pas, parce qu on ne saurait être mieux qu'au sein de sa famille : Après avoir sali ou frémissement impur de votre oeuvre l'âme et l'esprit de la patrie après avoir traîné, dans la Débâcle,

XiC£fa3? plus bas(ïue les PamPhSres, al!emands, vous allez où votre instinct vous appelle : Ce

n'est pas une simple hospitalité qu'ils vous doivent là-bas, c'est une statue!

Si quelques-uns regrettent de vous voir soustrait par la fuite au châtiment, vingt fois mérité, ils ont tort à mon sens. Outre que l'or juif eût trouvé le moyen de transformer votre expiation en martyre, il est des fautes que le mépris perpétuel | réprime plus durement que la cellule temporaire : La prison a sa grandeur quand elle est soufferte pour une idée et vous n'étiez peutêtre pas digne d'y entrer !

F-l. MOUTHON.

Contenu textuel de l'image : EN" "FÛTTE
Contenu textuel de l'image : On savait déjà par l'Aurore, la Petite République et le Siècle que la Vérité était en marche ; les agences nous ont appris hier que Zola marchât aussi : A l'heure actuelle, il a mis la frontière entre les gendarmes et sa terreur et recueille à Baie ou Bruxelles les premières acclamations de nos ennemis, en attendant qu'il échoue dans les bras fraternels de ses admirateurs de Berlin.
Contenu textuel de l'image : La crainte de Mazas est le commencement de la sagesse : Le singulier pasteur qui trois fois par semaine offrait sa vie pour le bouc de l'Ile du Diable, lâche, dans une cabriole, son troupeau de syndicataires affolés, trouvant sans doute qu'il est moins commode de vivre en prison que de mourir en prose.
Contenu textuel de l'image : Bonsoir et bon voyage ! et surtout ne revenez pas ! votre retour serait le signal, non pas de l'une de ces révolutions où les fusils partent d'eux-mêmes, mais de l'un de ces soulèvements d'estomacs où les crachats partent tout seuls !
Contenu textuel de l'image : Vous nous dites bien, il est vrai, que vous reviendrez à l'automne, quand vos preuves seront mûres et votre courage rétabli. Mais si vous aviez pu la faire, cette grande preuve qui doit illuminer les consciences et transformer les rôles, mettre Dreyfus au .pinacle et l'étatmajor par terre, vous ne vous seriez Pas, récidiviste de la fuite, successivement évadé dans, toutes les arguties de la procédure et dans tous les faux-fuyants du maître Sauve.qui-peut, qui vous sert d'avocat.
Contenu textuel de l'image : Si vous pouviez jeter dans les mains ouvertes de la justice d'autre argument que votre orgueil, a autre démonstration que votre littérature, vous ne vous cacheriez pas dans l'ombre prudente des montagnes et des lacs, pendant que le misérable dont le crime vous sert de tremplin, sèche comme un tronc coupé, sous le soleil de la Guyane !
Contenu textuel de l'image : Vous ne reviendrez pas, parce qu on ne saurait être mieux qu'au sein de sa famille : Après avoir sali ou frémissement impur de votre oeuvre l'âme et l'esprit de la patrie après avoir traîné, dans la Débâcle,
Contenu textuel de l'image : XiC£fa3? plus bas(ïue les PamPhSres, al!emands, vous allez où votre instinct vous appelle : Ce
Contenu textuel de l'image : n'est pas une simple hospitalité qu'ils vous doivent là-bas, c'est une statue!
Contenu textuel de l'image : Si quelques-uns regrettent de vous voir soustrait par la fuite au châtiment, vingt fois mérité, ils ont tort à mon sens. Outre que l'or juif eût trouvé le moyen de transformer votre expiation en martyre, il est des fautes que le mépris perpétuel | réprime plus durement que la cellule temporaire : La prison a sa grandeur quand elle est soufferte pour une idée et vous n'étiez peutêtre pas digne d'y entrer !
Contenu textuel de l'image : F-l. MOUTHON.

Retour