CIML DE PANAMA

La commission de la Chambre poursuit son travail avec activité, et il n'est pas douteux que s'inspirant des intérêts considérables qui sont engagés dans cette gigantesque entreprise, elle ne. prenne une résolution favorable à la Compagnie.

La Compagnie universelle de l'isthme de Panama compte 370,000 actionnaires et obligataires français qui détiennent les neuf dixièmes des titres.

Les deux tiers des travaux à accomplir dans l'isthme sont confiés à des entrepreneurs français qui ont obtenu les meilleures parties, de telle sorte qu'ils toucheront environ les trois quarts du prix à payer.

L'industrie française — fournisseurs de toutes sortes — livre chaque mois à la Compagnie pour près dé 3,000,000 de matériel, soit les quatre cinquièmes environ de 'ce qu'elle emploie,

Si l'on considère que la somme dépensée à l'heure actuelle s'élève à 589,000 fr., on se rend compte du krach qu'éprouverait la France si L'entreprise passait à vil prix à des syndicats anglais et américains.

D'autre part, le percement de l'isthme de Panama aura une importance aussi politique que commerciale. Il ouvrira une nouvelle voie vers l'Extrême-Orient si des complications venaient à surgir dans la Méditerranée, et si le canal de Suez était interdit à nos vaisseaux de guerre.

Aussi croyons-nous fermement que la Chambre n'hésitera pas à seconder les efforts de la Compagnie de Panama pour mener à bien son entreprise grandiose.

Voici le résumé des observations présentées à la commission par M. le ministre des affaires étrangères :

M. de Freycinet a déclaré que, puisque le gouvernement avait déposé le projet de loi autorisant la Compagnie à émettre des obligations à lots, il avait le devoir de le défendre à la tribune; Use bornera, d'ailleurs, à commenter l'exposé des motifs du projet sans engager autrement sa. responsabilité, il veut bien autoriser la Compagnie à émettre l'emprunt de 600 millions, mais il n'entend pas patronner l'entreprise ni donner en aucune manière la garantie du gouvernement.

Le président du conseil ne s'est d'ailleurs pas préoccupé de la question de savoir si trois ans et 600 millions suffiront pour achever le canal; il a voulu seulement faciliter une entreprise où sont engagés tant de capitaux français. Tous refus du gouvernement aurait été interprété comme,un préjugé défavorable aux projets et aurait porté atteinte au crédit de la Compagnie.

L'entreprise est française par le nom de son promoteur, par le siège de la Compagnie, par la nature des capitaux engagés; son échec jetterait un certain discrédit sur l'influence française. L'oeuvre abandonnée par la France serait certainement reprise par l'étranger; il y a donc intérêt à ce qu'elle réussisse actuellement. ' Aucune équivoque n'est d'ailleurs possible. Le gouvernement déclarera nettement à la tribune qu'il ne veut pas cautionner l'entreprise. « D'ailleurs, a ajouté M. de Freycinet, si l'intervention du gouvernement avait pour.effet de créer un préjugv favorable à l'entreprise, j'aimerais mieux prendre cette responsabilité que celle d'un refus. La Commission a entendu M. de Lesseps. M. Germain Casse lui a demandé à quelle raison dominante obéissait la Compagnie en sollicitant, par dérogation à la ioi, l'autorisation d'émettre des valeurs à lots.

M. Ferdinand de Lesseps a répondu qu'il n'avait rien à ajouter aux termes de la lettre qu'il a adressée au gouvernement. Le mobile qui l'a dirigé a été surtout de s'adresser à la petite épargne.

M. Charles de Lesseps a dit que l'emprunt, avec dos obligations à lots, sera moins onéreux que s'il était direct, parceque, quand les entrepreneurs verront qu'une grosse somme est souscrite, ils auront plus de sécurité et partan plus de zèle. De plus en s'adressant à la petite épargne on réalise l'emprunt avec moins de frais que si l'on recourait à des banquets.

M. Châles de Lesseps a la conviction que la somme de 600 millions suffira pour ouvrir le canal, puisque les revenus et les bénéfices de l'oeuvre serviront pour effectuer les améliorations dont le besoin se fera sentir. C'est ainsi que les choses se sont passées pour le Suez.

En ce qui touche le mode de construction,

M. Ch. de Lesseps a étudié tous les systèmes proposés, et sans prétendre que le canal a niveau soit impeccable, il le préfère a tous ;les poidts de xue et d.t.qu.l est moins

' En résumé, a conclu M. Ch de Lesseps il ressort de toutes les, dispositions .que le canal peut être fait avec une dépense de 600 millions et en trois ans; mais chacun prétend que ce résultat hfest réalisable qu avec le système de son choix. C'est ainsi que M. Rousseau se prononce pour le canal a écluses,, ainsi que M,sBoyer. dans son rapport ou il à Consignés ses observations, préconise un canal latéral aérien tournant la Cnlédébra avec ascenseur ; ainsi que M. Jacquet préfère le canal à écluses mais avec points de partage.

. M.. Charles de Lesseps a donné, en outre, en ce qui concerne la partie financière de l'entreprise des explications qui ont paru satisfaire la commission.

Il est à souhaiter que nos gouvernants bien éclairés sur cette entreprise n hésiteront pas à donner'pleine et entière adhésion au projet soumis par le gouvernement et que nous verrons, à l'époque fixée par MM. de Lesseps, nos navires sillonner le cana que les ennemis de notri génie national auront tant décrié.

Contenu textuel de l'image : CIML DE PANAMA
Contenu textuel de l'image : La commission de la Chambre poursuit son travail avec activité, et il n'est pas douteux que s'inspirant des intérêts considérables qui sont engagés dans cette gigantesque entreprise, elle ne. prenne une résolution favorable à la Compagnie.
Contenu textuel de l'image : La Compagnie universelle de l'isthme de Panama compte 370,000 actionnaires et obligataires français qui détiennent les neuf dixièmes des titres.
Contenu textuel de l'image : Les deux tiers des travaux à accomplir dans l'isthme sont confiés à des entrepreneurs français qui ont obtenu les meilleures parties, de telle sorte qu'ils toucheront environ les trois quarts du prix à payer.
Contenu textuel de l'image : L'industrie française — fournisseurs de toutes sortes — livre chaque mois à la Compagnie pour près dé 3,000,000 de matériel, soit les quatre cinquièmes environ de 'ce qu'elle emploie,
Contenu textuel de l'image : Si l'on considère que la somme dépensée à l'heure actuelle s'élève à 589,000 fr., on se rend compte du krach qu'éprouverait la France si L'entreprise passait à vil prix à des syndicats anglais et américains.
Contenu textuel de l'image : D'autre part, le percement de l'isthme de Panama aura une importance aussi politique que commerciale. Il ouvrira une nouvelle voie vers l'Extrême-Orient si des complications venaient à surgir dans la Méditerranée, et si le canal de Suez était interdit à nos vaisseaux de guerre.
Contenu textuel de l'image : Aussi croyons-nous fermement que la Chambre n'hésitera pas à seconder les efforts de la Compagnie de Panama pour mener à bien son entreprise grandiose.
Contenu textuel de l'image : Voici le résumé des observations présentées à la commission par M. le ministre des affaires étrangères :
Contenu textuel de l'image : M. de Freycinet a déclaré que, puisque le gouvernement avait déposé le projet de loi autorisant la Compagnie à émettre des obligations à lots, il avait le devoir de le défendre à la tribune; Use bornera, d'ailleurs, à commenter l'exposé des motifs du projet sans engager autrement sa. responsabilité, il veut bien autoriser la Compagnie à émettre l'emprunt de 600 millions, mais il n'entend pas patronner l'entreprise ni donner en aucune manière la garantie du gouvernement.
Contenu textuel de l'image : Le président du conseil ne s'est d'ailleurs pas préoccupé de la question de savoir si trois ans et 600 millions suffiront pour achever le canal; il a voulu seulement faciliter une entreprise où sont engagés tant de capitaux français. Tous refus du gouvernement aurait été interprété comme,un préjugé défavorable aux projets et aurait porté atteinte au crédit de la Compagnie.
Contenu textuel de l'image : L'entreprise est française par le nom de son promoteur, par le siège de la Compagnie, par la nature des capitaux engagés; son échec jetterait un certain discrédit sur l'influence française. L'oeuvre abandonnée par la France serait certainement reprise par l'étranger; il y a donc intérêt à ce qu'elle réussisse actuellement. ' Aucune équivoque n'est d'ailleurs possible. Le gouvernement déclarera nettement à la tribune qu'il ne veut pas cautionner l'entreprise. « D'ailleurs, a ajouté M. de Freycinet, si l'intervention du gouvernement avait pour.effet de créer un préjugv favorable à l'entreprise, j'aimerais mieux prendre cette responsabilité que celle d'un refus. La Commission a entendu M. de Lesseps. M. Germain Casse lui a demandé à quelle raison dominante obéissait la Compagnie en sollicitant, par dérogation à la ioi, l'autorisation d'émettre des valeurs à lots.
Contenu textuel de l'image : M. Ferdinand de Lesseps a répondu qu'il n'avait rien à ajouter aux termes de la lettre qu'il a adressée au gouvernement. Le mobile qui l'a dirigé a été surtout de s'adresser à la petite épargne.
Contenu textuel de l'image : M. Charles de Lesseps a dit que l'emprunt, avec dos obligations à lots, sera moins onéreux que s'il était direct, parceque, quand les entrepreneurs verront qu'une grosse somme est souscrite, ils auront plus de sécurité et partan plus de zèle. De plus en s'adressant à la petite épargne on réalise l'emprunt avec moins de frais que si l'on recourait à des banquets.
Contenu textuel de l'image : M. Châles de Lesseps a la conviction que la somme de 600 millions suffira pour ouvrir le canal, puisque les revenus et les bénéfices de l'oeuvre serviront pour effectuer les améliorations dont le besoin se fera sentir. C'est ainsi que les choses se sont passées pour le Suez.
Contenu textuel de l'image : En ce qui touche le mode de construction,
Contenu textuel de l'image : M. Ch. de Lesseps a étudié tous les systèmes proposés, et sans prétendre que le canal a niveau soit impeccable, il le préfère a tous ;les poidts de xue et d.t.qu.l est moins
Contenu textuel de l'image : ' En résumé, a conclu M. Ch de Lesseps il ressort de toutes les, dispositions .que le canal peut être fait avec une dépense de 600 millions et en trois ans; mais chacun prétend que ce résultat hfest réalisable qu avec le système de son choix. C'est ainsi que M. Rousseau se prononce pour le canal a écluses,, ainsi que M,sBoyer. dans son rapport ou il à Consignés ses observations, préconise un canal latéral aérien tournant la Cnlédébra avec ascenseur ; ainsi que M. Jacquet préfère le canal à écluses mais avec points de partage.
Contenu textuel de l'image : . M.. Charles de Lesseps a donné, en outre, en ce qui concerne la partie financière de l'entreprise des explications qui ont paru satisfaire la commission.
Contenu textuel de l'image : Il est à souhaiter que nos gouvernants bien éclairés sur cette entreprise n hésiteront pas à donner'pleine et entière adhésion au projet soumis par le gouvernement et que nous verrons, à l'époque fixée par MM. de Lesseps, nos navires sillonner le cana que les ennemis de notri génie national auront tant décrié.

Retour