Pour une meilleure navigation sur le site, activez javascript.
page suivante »
322           UNE FABRIQUE DE FAÏENCE A LYON.

feroit la dicte manufacture de terre, laquelle se soulloit ap-
porter en ceste dicte ville du pays d'Itallye pour vendre et
débiter aux habitans de la dicte ville et du royaume. A ce
que, pour le prouffict, décoration et melioration de la dicte
ville, il pleust aus dits sieurs conseillers et consulat lui don-
ner ayde et faveur a ce qu'il peust vivre et s'entretenir en ia
dicte ville faisant la dicte manufacture. Et pour ce le faire
tenir privillegiô, franc et exempt de tous emprunplz, octroiz
et impostz, entrées, yssues, gabelles et aultres subsides de
ville, qu'il plairoit au dict consulat declairer, pour luy don-
ner moyen de s'entretenir et supporter les charges et grandes
dfispences qu'il luy conviendra faire faisant les dicts ouvrages
et manufacture de terre. Avoir amplement délibéré *par les
dicts sieurs conseillers, actertdu que c'est l'augmentation et
décoration de la dicte ville d'y avoir gens de tous estatz et
mestiers, et que la dicte manufacture est nouvelle en ceste
ville et au royaulme de France. Pour ces causes et aultres
bonnes considérations à ce mouvant le consulat, a esté or-
donné et accordé avec le dict Griffo, présent et acceptant,
le tenir franc, quicle et exempt, durant deux ans prochain
venant, à compter du jour et dacle (date) des présentes, de
tous aydes, subsides, gabelles et aultres droiclz et debvoirs
accouslumez lever en ceste dicte ville, pour raison d'icetle
manufacture, mesmes de l'entrée du vin pour huict battes
(mesure de liquides) pour chacun an, durant les diclz deux
ans que le dict Griffo sera tenu, comme il a promis et pro-
 mect, besoigner et ouvrir actuellement en ceste dicte ville et
y attraire la dicte manufacture et ouvraige de terre, et pour
ce faire venir en ceste dicte ville des ouvriers du pays
d'Ytallieet prendre des enfans de l'haulmosne (de l'Aumône
générale ou Charité) pour faire besoigner es diclz ouvraiges
de terre, à ce que par cy après la dicte manufacture soit
entretenue en ceste dicte ville. »

           (Actes consulaires de la ville de Lyon, BB 621, fos 133-34.)