Sommaire :

    Causerie

    Les généraux anglais qui opèrent dans le sud africain donnent depuis quelque temps une série de démentis au vieux dicton d'après lequel un homme averti en vaut deux. Eux qu'on croyait si pleins d'astuce se laissent prendre tour à tour aux pièges tendus par les Boers, dont les ruses de guerre, revêtant des formes incessamment renouvelées, sont profondément démoralisantes pour leurs adversaires. Les rudes leçons que ces derniers ont essuyées ne paraissent pas les avoir instruits beaucoup, et c'est avec la plus parfaite uniformité qu'ils tombent tour à tour dans le panneau.

    Jusqu'ici, un mot se dégage invariablement de leurs plus importants télégrammes ; c'est qu'ils ont à regretter de s'être laissé surprendre et d'avoir essuyé de grosses pertes. S'ils continuent, comme c'est fort possible, ils seront bientôt assez nombreux pour marcher sur les brisées des secrétaires de théâtre, et fonder eux aussi leur dîner des « mille regrets ».

    On parle souvent des leçons de l'expérience ; ces leçons-là ne sont pas à la portée de l'entendement de tout le monde, il s'en faut, et de beaucoup. Pour en prendre un exemple vulgaire, ne voit-on pas tous les jours, on dépit des récits instructifs des journaux, de braves gens se laisser prendre au coup communément désigné sous le nom de « vol à l'américaine », bien que d'ordinaire un pickpocket anglais y joue le rôle prépondérant, ou à celui du « trésor caché » qui, comme la mantille et les toréadors, est de provenance espagnole? On est bien fixé là-dessus, on l’a lu cent fois, et l'on s'y laisse prendre tout de même, quand le tour est bien présenté.

    Connaissez-vous à ce propos le coup de la bouillotte? Les journaux quotidiens l'ont raconte ces jours-ci, mais, pour le cas où on n'y aurait pas pris garde, nous demandons la permission de le rééditer, tant il est amusant.

    C'est un paysan du Calvados qui en a été la victime. Il avait pris le train, l'autre jour, pour se rendre à Paris, et se trouvait en face d'un voyageur qui se chauffait les pieds sur une bouillotte de la Compagnie. Bien qu'enfant de Normandie, il n'était pas très madré, le brave homme, et, qui plus est, il n'avait jamais voyagé.

    Au bout d'un instant il demanda à son compagnon de route l'autorisation de poser les pieds sur « sa » bouillotte ; ce dernier acquiesça gracieusement, et la conversation ne tarda pas à s'engager. L'idée de voyager avec une bouillotte bien chaude parut très ingénieuse au paysan qui, craignant le froid aux pieds, la loua fort. À quoi son interlocuteur, soudainement frappé de la naïveté du bonhomme, répondit qu'en effet il avait l'habitude de voyager avec cet objet, mais que, le trouvant un peu volumineux, il s'en déferait volontiers.

    Diable ! songea le paysan, il y a peut-être là une bonne affaire. Il demanda le prix, se récria, le trouvant trop élevé, et marchanda si bien que l'autre finit par lui vendre la bouillotte pour dix francs. En arrivant à Paris, le vendeur s'esquiva d'un pied léger, tandis que le bon paysan, sa lourde chaufferette sur l'épaule, se dirigeait lentement vers la sortie.

    On devine la fin de l'aventure. On arrêta le paysan, qui protesta, et on le conduisit au commissariat de police où, non sans peine, on lui fit comprendre qu'il avait été victime d'un filou. Celui-ci, bien entendu, était déjà loin.

    Bien qu'infiniment moins naïfs que l'homme du Calvados, un certain nombre de Parisiens se sont laissé prendre, ces derniers temps, à un truc inventé par un garçon de café, truc tout à fait ingénieux d'ailleurs, quoique profondément canaille, et qui avant de conduire son inventeur en prison lui a rapporté d'excellentes recettes.

    Le gaillard dissimulait sous sa langue une pièce de dix francs et il attendait tranquillement qu'un client lui remît un louis pour payer sa consommation. Il mettait alors le louis entre ses dents, et rendait sans broncher la monnaie de dix francs.

    Le client protestait ; mais le garçon retirait aussitôt de sa bouche la pièce de dix francs et la mettait avec le plus grand sang-froid sous les yeux du consommateur ahuri qui, croyant s'être trompé, était bien forcé de se rendre à l'évidence. Les affaires marchaient, et cela pourrait durer, encore sans la méfiance d'un consommateur qui, sûr d'avoir donné un louis en paiement, revint quelque temps après en compagnie de deux de ses amis pris par lui comme témoins.

    En moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire le louis se métamorphosa en pièce de dix francs ; mais cette fois le client, plus avisé que les généraux anglais, ne fut plus dupe du stratagème. Le garçon fut arrêté illico, conduit chez le commissaire de police, et, malgré ses protestations d'innocence, maintenu en arrestation et envoyé au dépôt.

    La femme du garçon, interrogée, a fini par avouer que son mari avalait les pièces de vingt francs et qu'il les... disons : restituait, encore que le mot soit impropre, le lendemain, à domicile. Il aura quelques bons mois devant lui pour méditer sous les verrous la fable de la Poule aux œufs d'or.

    Retour