Poinçon

titre Poinçon Exemple, Poinçon, n° 1
description La première étape de la gravure d’un poinçon est la préparation d’une tige d’acier: cinq de ses six côtés doivent être parfaitement perpendiculaires. La partie qui sera gravée est polie pour être parfaitement lisse. Avec des limes de plus en plus fines, le graveur ôte de la matière à l’acier pour former progressivement la lettre. Ce travail est long et nécessite une grande dextérité et un savoir-faire précis: le moindre déséquilibre dans la gravure fragilise le poinçon qui, lors de la frappe, risque alors de casser. Une fois la lettre gravée, on vérifie son dessin avec une épreuve au noir de fumée et, s’il est satisfaisant, on peut alors tremper le poinçon. Il faut donc le chauffer à une certaine température et de le refroidir d’un coup sec en le plongeant dans de l’eau froide. Les températures, durées, rapidités des gestes, doivent là aussi être parfaitement maîtrisées pour ne pas réduire à néant le travail de l’étape précédente. Une fois le poinçon prêt, on va pouvoir l’utiliser pour fabriquer une matrice. Précieusement conservé, il ne servira que peu de fois, à fabriquer de nouvelles matrices (dont l’usure est relativement lente).
période Non déterminé
Catégories Vox-AtypI n spécifié n spécifié
source Poinçon de très gros corps gravé par Vibert. INV 395, exposition permanente.
localisation Musée de l'imprimerie de Lyon
droits Reproduction payante selon nature de la demande