Mediascript

titre Mediascript Exemple, Mediascript, n° 2
éditeur Mecanorma
date d'édition 1985
description La différence majeure entre une écriture manuscrite et un caractère typographique, c’est que la typographie permet d’avoir toutes des lettres de même dessin, alors qu’il impossible en écrivant à la main d’avoir deux a, par exemple, parfaitement identiques. De plus, l’aspect cursif de la lettre manuscrite nous pousse à multiplier les ligatures. Donc, pour imiter au mieux une scripte, la meilleure solution est, comme ici, d’avoir plusieurs dessins pour chaque lettre, que l’on va utiliser selon les lettres avoisinantes. On peut voir ici deux A, deux e (l’un étant réservé aux fins de mots), trois r (dont l’un diffère de beaucoup des deux autres), ou trois s, etc. Ce genre de procédés casse la monotonie mécanique d’une ligne typographiée. Si les moyens modernes de composition (photocomposition et informatique) permettent un usage facilité de ce type de variantes, ils ne sont pas pour autant nouveaux: Gutenberg lui-même possédait plusieurs dessins de chaque lettre, qui permettaient à ses premiers imprimés de ressembler à des textes manuscrits.
source Graphic Book, Mecanorma, Le Perray-en-Yvelines, s.d. [années 1980]. SDD 1814.
localisation Musée de l'imprimerie de Lyon
droits Reproduction payante selon nature de la demande