Garamond FTF

titre Garamond FTF Exemple, Garamond FTF, n° 1
éditeur Fonderie Typographique Française
date d'édition s.d.
description S’il fallait une preuve de l’extrême variété de caractères baptisé du nom de Garamond, on pourrait comparer le Garamond Peignot, assez proche de l’original malgré quelques influences Art Nouveau, à celui de la Fonderie Typographique Française. Ce dernier est nettement plus gras, empatté. Il a peu de différences entre ses pleins et déliés (c’est presque une mécane). Sa chasse est large. L’axe de son O (qui dans l’«archétype» Garamond devrait être oblique) est parfaitement droit. Considéré maintenant pour lui-même, il est robuste mais un peu «mou» (voir le a bas de casse), les rapports entre différentes lettres sont parfois étranges (le E très large et le N plutôt étroit). S’il n’est pas d’une grande élégance, on peut toutefois le considérer comme un bon caractère «de tous les jours», solidement charpenté et malgré tout lisible, même s’il n’est pas très élégant.
Catégories Vox-AtypI Polices(imprimerie) Garalde
source Catalogue général, Paris, Fonderie typographique française, s.d. SDD 995.
localisation Musée de l'imprimerie de Lyon
droits Reproduction payante selon nature de la demande